You are currently viewing Taekwondo – Formation à l’utilisation du matériel électronique Daedo Gen.2 : Un grand vide désormais comblé

Taekwondo – Formation à l’utilisation du matériel électronique Daedo Gen.2 : Un grand vide désormais comblé

Le siège de la Fédération béninoise de taekwondo (Fbtae) a servi de cadre, du 18 au 19 novembre 2023, au stage de formation à l’utilisation du matériel électronique Daedo Gen.2. Ceci, sous la houlette du Maître Djramedo Galé Tété, arbitre international class 3, Maître instructeur international Class 3 et ancien athlète de l’équipe nationale du Bénin. A travers cette formation sur l’utilisation dudit matériel, la Fbtae avec sa tête président Victorien Kougblénou vient de combler un grand vide. 

 

Mettre les athlètes béninois dans les meilleures conditions à l’international. Tel est l’objectif de la Fbtae qui a décidé d’outiller arbitres, athlètes et coachs sur l’utilisation du matériel électronique Daedo Gen.2. « C’est un matériel de dernière génération qui est utilisé dans les compétitions de combats de taekwondo. Pour faire une compétition de taekwondo de haut niveau, il faut avoir ce matériel, être habitué à ce matériel pour pouvoir évoluer sur le plan international », a expliqué le formateur Maître Djramedo Galé Tété. A l’en croire, il s’agit de montrer aux stagiaires comment on installe le matériel et comment ça s’utilise. « On va essayer de travailler sur deux jours avec les arbitres sur le nouveau règlement. Nous allons aussi travailler avec les athlètes et les coachs pour leur montrer comment le matériel s’utilise afin qu’ils puissent être préparés à l’international », a-t-il indiqué.

 

Participante, Déo-Gratias Kiki, arbitre nationale de taekwondo, ceinture noire, 3e Dan apprécie. « Le matériel de plasma électrique est un matériel utilisé pour les compétitions internationales depuis quelques années. Alors, en tant qu’arbitre, il nous faut de la formation sur l’utilisation du matériel et les nouvelles règles pour bien arbitrer. Ce qui nous permettra d’être au même niveau que les autres », a-t-elle confié tout en remerciant la Fbtae pour cette opportunité.

 

« (…) C’est donc un vide que nous sommes venus combler », se réjouit le président de la Fbtae Victorien Kougblénou. « On a beau avoir des athlètes compétitifs, méritants, brillants mais s’ils ne sont pas mis au même pied d’égalité en matière d’évaluation durant un combat, ils seront défavorisés », a fait savoir le président. Il a félicité l’engagement des arbitres nationaux, les coachs, les formateurs qui ne cessent d’apporter leur savoir-faire pour une pratique appréciable de l’art martial béninois. Il a pour finir, salué, au niveau du Comité exécutif de la Fbtae, la disponibilité et la sollicitude du formateur pour sa spontanéité à partager ses connaissances avec ses frères béninois.

Laisser un commentaire