Assemblée générale élective à la Fbvb: Le président Ali Yaro élu pour un deuxième mandat

La famille du volley-ball béninois était en l’Assemblée générale élective pour le renouvellement du Comité exécutif de la Fédération béninoise de volley-ball (Fbvb). C’était, samedi 08 janvier 2022 à la salle de conférence du stade Mathieu Kérékou de Kouhounou (Cotonou). Au terme des travaux, le président sortant Ali Yaro a été réélu président de la Fbvb pour un nouveau mandat de quatre ans. Une seule liste était en compétition avec à sa tête le président sortant, Ali Yaro. Celui qui a succédé, il y a 4 ans à Didier Aplogan, rempile pour un deuxième mandat à la grande satisfaction de la famille du volley-ball béninois. Une nouvelle opportunité pour le président Ali Yaro de conduire les destinées de cette Fédération mais aussi, de poursuivre les œuvres déjà entamées. Le moins qu’on puisse dire est que la famille du volley-ball a fait preuve d’une grande union et confiance au nouveau Président  Ali Yaro et à son équipe. Un acte de grande confiance qui grandit les volleyeurs béninois. «Il nous revient de consolider les acquis mais surtout de faire un pas en avant pour mieux faire parler du Bénin, au niveau africain et au niveau mondial», a laissé entendre le président réélu Ali Yaro. Il n’a pas manqué de remercier tous les représentants des clubs, du Nord au Sud qui ont voulu qu’il soit à cette place.

Bureau élu de la Fédération béninoise de volley-ball (2022-2026)

Président : Yaro S. Ali

1er vice-président : Bawa-Cisse Mouhamed

2e Vice-président : Kouandete Paul Eric S.

3e vice-président : Agbodjogbe K. Wilfrid Dieu-Donné

Secrétaire général : Ahlinvi Cokou Romain

Secrétaire général adjoint : Arouna Soulé

Trésorier général : Tabe Mounirou

Trésorier général adjoint : Gada Bai Marthe

Responsable à l’Organisation : Gaba Y. Seke Georges Chabi

1er Responsable adjoint à l’organisation : Nato K. Raymond

2e Responsable adjoint à l’organisation : Toplonou Augustin

3e  Responsable adjoint à l’organisation : Tabe Chabi Jawal

4e Responsable adjoint à l’organisation : Dosou-Yovo Miguel S.

5e  Responsable adjoint à l’organisation : Odou Soumaila

6e Responsable adjoint à l’organisation : BOCCO Romule Ayaba B. S.

Femme : Tigri Tertulie Lamatou Nawal

Arbitre : Zinsou Parfait

Professionnalisation du sport au Bénin : Le Fndajsl outille les responsables administratifs des Fédérations

Les responsables administratifs des fédérations sportives étaient en formation à l’hôtel Bel Azur de Grand Popo, les 6 et 7 janvier 2022 sur la professionnalisation du sport au Bénin. Ladite formation est initiée par le Fonds national pour le développement des activités de jeunesse de sports et des loisirs (Fndajsl) et a duré deux jours.

A l’ouverture, le Directeur Général du Fndajsl, Imorou Bouraïma, a d’abord formulé ses vœux de nouvel an aux participants avant de leur souhaiter la bienvenue et de bons échanges durant les deux jours de travail. «Merci pour avoir accepté participer à cet atelier d’échanges sur les réalités du sport béninois et comment nous devons nous prendre pour que ce sport soit véritablement professionnel et qu’il puisse se développer», a-t-il déclaré. Il a ensuite rappelé les différents thèmes qui feront objet de communication. Pour sa part, le président du Comité national olympique et sportif béninois, Julien Minavoa,  s’est dit «heureux pour son implication dans cette action de formation initiée et qui vient un peu comme l’expression manifeste d’une volonté politique exprimée au sommet de l’État en faveur du sport». «Vous constatez l’entrée en plein régime dans la professionnalisation du sport. On dirait que depuis le dernier semestre de l’année 2021, et ce jusqu’à présent, le mouvement sportif se trouve dans une veillée d’armes de tous ses états-majors. Notre souci au niveau du Cnos Ben depuis 2013 est de faire sortir notre pays des profondeurs de l’eau», a souligné le président Minavoa qui a rappelé que le Cnos Ben également avait organisé au profit des fédérations, une formation sur la rédaction des plans stratégiques de développement. «Aujourd’hui, c’est une formation spécifique qui vise la gestion des ressources humaines et l’administration. Une fois cette formation terminée, le moment viendra où vous verrez qu’il y aura des choses plus concrètes pour accompagner vos fédérations», s’est-il réjoui avant d’ouvrir solennellement la séance tout en saluant le leadership du ministre des sports Oswald Homéky.

Durant deux jours, les participants suivront quatre communications. Ce jeudi (première journée), deux thèmes seront abordés. “La Gestion Administrative et des Ressources Humaines d’une Fédération en République du Bénin : Quelles compétences ? ’’ qui est animé par l’Administrateur en Management es services Publics, Maxime Famonmi et “Initiation à l’élaboration d’un Plan Programme de Travail et Budget annuel (PTA)’’ présenté par le Statisticien Spécialiste Suivi-Evaluation des Projets Programmes, Bonaventure Agnonro. Le lendemain, les thèmes ont porté sur: « Marketing et le sponsoring » et « Les innovations dans la professionnalisation du Sport au Bénin » seront abordés. Cet atelier de formation vient pour régler les problèmes et les dysfonctionnements constatés au niveau des Fédérations sportives dans le cadre de la professionnalisation du sport voulu par le Chef de l’Etat Patrice Athanase Guillaume Talon.

Projet de sensibilisation à la pratique des sports Paralympiques: Le CNP-Bénin à l’œuvre à Lokossa, Kétou, Abomey et Parakou

Le mois de décembre 2021 n’a été d’aucun repos pour le Comité National Paralympique du Bénin (CNP Bénin). Pour cause,  après Djougou, le CNP Bénin a mis le cap sur plusieurs localités du Bénin dans le cadre d’un projet de sensibilisation à la pratique des sports paralympiques. Sur financement de la Direction du Sport et de la Formation Sportive, les personnes handicapées de Lokossa, Kétou, Abomey et Parakou ont été sensibilisées sur l’importance pour une personne handicapée de faire le sport. Le sport permet à une personne handicapée de se faire une identité, de s’approprier son moi, de lutter contre les stigmates, de s’épanouir, de réaliser son inclusion sociale, de se rendre autonome, d’avoir une bonne santé, une bonne qualité de vie. De même, le sport permet à la personne handicapée de renforcer son savoir-vivre, son savoir-faire et son savoir-être. Le sport permet également une prise de conscience des capacités de la personne handicapée et une réconciliation avec elle-même. Plusieurs associations de personnes handicapées ont suivi les communications sur les bienfaits du sport et les droits des personnes handicapées.

De même, nombre de  personnes handicapées ont été initiées à quelques sports paralympiques comme le basket ball, le lancer et le goal ball. Cette activité a permis au CNP Bénin de se faire connaître par des personnes handicapées ou non qui jusque-là ignoraient la possibilité pour une personne handicapée de faire le sport. Ces personnes handicapées seront suivies et encadrées par le CNP Bénin afin de leur permettre de se formaliser et de prendre part aux activités du Comité. Les remerciements du CNP iront à la DSFS pour avoir exclusivement financé toutes ces sorties sportives. Lesquelles entrent dans le cadre des ODD dont le leitmotiv est de « ne laisser personne de côté ».

Confédération africaine de handball : Plusieurs Béninois nommés dans des commissions

Après le président de la Fédération béninoise de handball (Fbhb) Sidikou Karimou nommé en tant que vice-président du Groupe de travail chargé du marketing et de la communication, c’est au tour de plusieurs autres membres de la Fbhb d’être nommés dans des commissions de la Cahb. Ils sont six acteurs du handball béninois à intégrer le cercle fermé de l’institution qui gère le handball africain. Il s’agit du professeur Polycarpe Gouthon, en qualité de membre de la Commission Entraînement et Méthodes (CEM) de la Cahb ; de Jonas Alladé, en qualité de membre de la commission d’Arbitrage et règlement de jeu (CAR) ; de Dr Akanni El Mourchid Bello, en qualité de membre de la Commission Médicale (CM) ; de Euloge Dossou (président de la Ligue Sud de handball), en qualité de membre de la commission du Tribunal Arbitral de la Cahb ; de Kader S. Yarou (trésorier général de la Fbhb), en qualité de membre de la commission d’éthique de la Cahb et de Serge Djihountry Eloi (secrétaire général de la Fbhb), en qualité de membre de la commission d’arbitrage de la Cahb. Ceci, pour la mandature 2021-2025. Les différentes nominations ont été prononcées le 28 novembre 2021 lors d’une assise du Comité exécutif de la Cahb par visioconférence. La Cahb, par l’entremise de son secrétaire général Charles Ouboumahou, a félicité ces derniers pour leur brillante intégration dans les structures spécifiques de la Cahb. Ces différentes nominations confirment l’un des objectifs du Comité exécutif de la Fbhb avec à sa tête le président Sidikou Karimou qui prône la promotion des acteurs du handball sur l’échiquier continental.

Coupe de France de karaté 2022: Quatre précieuses médailles pour le Bénin


Samedi 08 janvier 2022 s’est déroulée du côté de Sélestat en région française, l’édition 2022 de la Coupe de France de karaté-do. Cette compétition a vu la participation des athlètes béninois notamment dans les catégories minimes, cadets et juniors. Au décompte final, quatre médailles pour les karatékas béninois.
Et le plus productif a été le jeune Ihsane Adjanohoun. Sélectionné pour les derniers championnats d’Afrique de la discipline, il n’a pas pu être de l’expédition pour des raisons liées à la pandémie de la Covid19. Ce jeune athlète a terminé sur la plus haute marche du podium lors de cette Coupe de France de karaté-do dans sa catégorie en individuelle Kumité avant de réaliser la même performance cette fois en combinée Kumité et kata.
Lui aussi sélectionné pour les championnats d’Afrique 2021, mais absent pour les mêmes raisons, Siradjou Diallo a terminé en bronze en combinée Kumité et kata dans la catégorie junior. Même résultats pour son jeune frère Taïrou Diallo qui a lui aussi obtenu une médaille de bronze en combinée. Des performances réjouissantes pour le patron du Karaté béninois, le président de la Fédération béninoise de karaté-do, Rock Quenum qui a montré toute sa satisfaction à l’issue de cette compétition. «Nous démarrons la saison sous des chapeaux de roues. Les enfants nous ont fait plaisir et nous pensons que le top est donné après ces résultats enregistrés à cette compétition», a fait savoir le président de la Fbk-do. Pour lui, le prochain grand rendez-vous pour les karatékas béninois, est l’Open de Paris prévu du 21 au 23 janvier prochain.
Lire le résultat des karatékas béninois en France
Nombre de médailles : 4
Une médaille d’or en individuelle Kumité : Ihsane Adjanohoun
Une médaille d’or en combinée kata et Kumité : Ihsane Adjanohoun
Deux médailles en bronze combinée kata et Kumité : Taïrou Diallo et Siradjou Diallo

Coupe de France de karaté 2022: Ihsane Adjanohoun termine en Or

L’année 2022 démarre sur des chapeaux de roues pour le karaté béninois. Le jeune karatéka béninois Ishane Adjanohoun participait, samedi 8 janvier, à l’édition 2022 de la Coupe de France de karaté. La compétition s’est déroulée dans la région de Sélestat à l’Est de la France. Et le prodige béninois a fait sensation en terminant médaillé en or dans sa catégorie. Une première médaille pour le Bénin pour le compte de cette nouvelle année. Il faut rappeler qu’Ihsane devait compétiter pour le Bénin dans la catégorie cadette lors des derniers championnats d’Afrique de Karaté, mais il n’a pas pu être présent en Egypte pour des raisons liées à la pandémie de la Covid19. Félicitations à ce jeune athlète qui n’est rien d’autre que le fils du maître Pierre-Monique Adjanohoun.

Ligue Pro de handball: «C’est une satisfaction», dixit Serge Akakpo

Le 1er Vice-président de la Fédération béninoise de handball (Fbhb) et président de la Ligue Pro de handball Serge Akakpo a dressé le bilan du championnat au terme de la compétition. Pour le 1er vice-président de la Fbhb, c’est une satisfaction. «C’est une satisfaction dans la mesure où ce n’était pas donné au départ.  Nous avons osé reprendre le championnat sous le leadership du président Karimou Sidikou. Et nous ne savions pas que ce championnat aurait un niveau aussi relevé dans la mesure où après deux mois de suspension d’activités, les jeunes en voulaient et nous ont donné de raison de satisfaction», a-t-il déclaré. «Ils (les joueurs) nous ont donné un motif de pouvoir essayer chaque fois s’il le faut. C’est une grande satisfaction d’assister à cette fête pendant toute la semaine et le spectacle était au rendez-vous», a-t-il poursuivi. A l’en croire, la Ligue nationale professionnelle de handball va se poursuivre. «C’est la première expérience. Nous allons tirer les leçons par rapport à ce qui a marché et ce qui n’a pas marché. Et je crois que l’édition 2022 sera beaucoup mieux organisée, beaucoup plus relevée, plaise à Dieu», a conclu le président de la Ligue Pro de handball, Serge Akakpo.

Championnat national de lutte: Gunu Lutte club bien présent

La phase finale du championnat nationale de lutte a eu lieu, du mardi 28 au mercredi 29 décembre 2021 à l’Ecole primaire publique de  Menontin à Cotonou. Ce rendez-vous statutaire de la Fédération béninoise de lutte (FéBéLutte) a connu la participation de 42 lutteurs venus de sept clubs affiliés et de sept clubs en attente d’affiliation à travers le Bénin.

Au nombre de ces clubs figure Gunu Lutte Club qui a brillé de par sa présence avec deux lutteurs. Il s’agit de Fousseni Issifou dans la catégorie de 66 Kg et Théophile Ilou dans la catégorie des 76Kg.  Leur coach a pour identité Ibrahim Abdoulaye. Malheureusement au terme  du championnat, les deux représentants de Gunu Lutte Club n’ont pas fait long feu. Ils ont été loin des podiums, aussi bien en équipe qu’en individuel. Puisque, dans la catégorie des 66 Kg, les meilleurs sont respectivement Ayamoudou Nafiou (Buffles Lutte Club), Marou Amadou (Dindi Lutte Club) et Clitou Amidou (Léopards Lutte Club). En quatre combats, Fousseni Issifou a enregistré deux victoires et deux défaites. Dans la catégorie des 76 Kg, Abrouwehi Mohamed (Dynamique Lutte Club), Tossè Firmin (AS Ewlizo) et Mamoudou Alimou (Dindi Lutte Club) étaient les trois meilleurs. Puisque, Théophile Ilou a été éliminé aussi en 1/4 de finale. En somme, Fousseni Issifou dans la catégorie de 66 Kg et Théophile Ilou dans la catégorie des 76Kg de Gunu Lutte Club n’ont pas pu combler les attentes mais ils auraient gagné en expérience tout en espérant revenir plus forts la saison prochaine avec des ambitions plus meilleures. «Une belle expérience dans l’élite de la lutte au Bénin. Gunu compte tirer les meilleures leçons et se préparer davantage pour mieux faire lors des prochaines éditions », dira Rafiou Assoumanou, responsable du club. Il n’a pas manqué de féliciter et de remercier le président Yves Azifan et tout le comité exécutif de la FéBéLutte pour l’esprit d’ouverture et pour avoir relevé le défi. Rappelons que le top 4 par équipe est Lions Lutte Club de Natitingou, Dindi Lutte Club de Karimama, Buffles Lutte Club de Parakou et Panthères Lutte Club de Djougou.

Projet de sensibilisation à la pratique des sports Paralympiques : Le CNP-Bénin à l’œuvre à Lokossa, Kétou, Abomey et Parakou

Le mois de décembre 2021 n’a été d’aucun repos pour le Comité National Paralympique du Bénin (CNP Bénin). Pour cause,  après Djougou, le CNP Bénin a mis le cap sur plusieurs localités du Bénin dans le cadre d’un projet de sensibilisation à la pratique des sports paralympiques. Sur financement de la Direction du Sport et de la Formation Sportive, les personnes handicapées de Lokossa, Kétou, Abomey et Parakou ont été sensibilisées sur l’importance pour une personne handicapée de faire le sport.

Le sport permet à une personne handicapée de se faire une identité, de s’approprier son moi, de lutter contre les stigmates, de s’épanouir, de réaliser son inclusion sociale, de se rendre autonome, d’avoir une bonne santé, une bonne qualité de vie. De même, le sport permet à la personne handicapée de renforcer son savoir-vivre, son savoir-faire et son savoir-être. Le sport permet également une prise de conscience des capacités de la personne handicapée et une réconciliation avec elle-même. Plusieurs associations de personnes handicapées ont suivi les communications sur les bienfaits du sport et les droits des personnes handicapées. De même, nombre de  personnes handicapées ont été initiées à quelques sports paralympiques comme le basket ball, le lancer et le goal ball. Cette activité a permis au CNP Bénin de se faire connaître par des personnes handicapées ou non qui jusque-là ignoraient la possibilité pour une personne handicapée de faire le sport. Ces personnes handicapées seront suivies et encadrées par le CNP Bénin afin de leur permettre de se formaliser et de prendre part aux activités du Comité. Les remerciements du CNP iront à la Direction des Sports et de la Formation Sportive (DSFS) pour avoir exclusivement financé toutes ces sorties sportives. Lesquelles entrent dans le cadre des ODD dont le leitmotiv est de « ne laisser personne de côté ».